L’incidente alla centrale nucleare di Fukushima

L’incidente alla centrale nucleare di Fukushima

4541
21
SHARE

Come primi riferimenti per seguire le comunicazioni di questa crisi:

Il sito del Primo Ministro giapponese
http://www.kantei.go.jp/
con la pubblicazione della dichiarazione di incidente nucleare
http://www.kantei.go.jp/foreign/topics/2011/20110311Nuclear_Emergency.pdf
ed il twitter del portavoce
http://twitter.com/norishikata#

21 COMMENTS

  1. il comunicato stampa dell’Autorità per la sicurezza Nucleare Francese (ASN):
    http://www.asn.fr/
    Communiqué de presse n°8 du 15 mars 2011 à 11h00
    15/03/2011 11:00

    L’ASN fait le point sur la situation des centrales nucléaires de Fukushima Daiichi, Fukushima Daini, Onagawa et Tokaï – Dégradation probable du confinement du réacteur 2 de Fukushima Daiichi.
    I – Centrale nucléaire de Fukushima Daiichi

    Le 11 mars 2011 à 14h46 (heure locale), un séisme a frappé la centrale de Fukushima Daiichi entraînant son arrêt automatique.

    Le séisme a également provoqué :

    la perte des deux alimentations électriques externes de la centrale qui n’a pas été compensée par les groupes électrogènes de secours pour des raisons actuellement inconnues ;

    un tsunami qui a affecté la station de pompage de la centrale nucléaire nécessaire au refroidissement du réacteur (source froide).

    Le 15 mars les mesures d’évacuation de la zone des 20 km autour de la centrale ont été pratiquement achevées et les autorités japonaises ont demandé la mise à l’abri de la population dans un rayon de 30km. Le survol de cette zone est désormais interdit.

    Les opérations de décompression volontaire des enceintes conduisent à des rejets radioactifs. Les relevés des balises de détection présentes sur le site font état d’un débit de dose élevé, avec des pointes importantes à proximité des réacteurs 2 et 3 ; seuls environ cinquante travailleurs restent présents sur le site pour assurer les opérations nécessaires. La direction des vents est maintenant orientée vers le sud-ouest en direction de l’agglomération de Tokyo, mais devrait à nouveau s’orienter vers l’océan pacifique dans les prochaines heures. Les résultats de balises situées à proximité de l’agglomération de Tokyo font l’objet d’une évaluation par l’IRSN ; une élévation de la radioactivité est mesurable, mais aucun impact sanitaire significatif n’est noté pour le moment.

    I.1 – Point de la situation sur le réacteur n°2

    Le réacteur n°2 concentre maintenant les principales préoccupations.

    La fusion partielle du cœur est confirmée, l’exploitant poursuit l’opération de refroidissement du cœur par injection d’eau de mer autant que possible. L’exploitant connaîtrait des difficultés pour réaliser ces opérations dues au blocage d’une soupape de décharge de la cuve.

    Deux explosions successives, à 06h10 et 10h (heure locale) ont probablement entrainé une dégradation de l’enceinte de confinement à l’origine de l’augmentation significative des rejets radioactifs détectés.

    Pour rappel, le réacteur n°2 avait été automatiquement mis à l’arrêt lors du séisme. Il n’avait pas été refroidi pendant plusieurs heures.

    I.2 – Point de la situation sur le réacteur n°4

    Un incendie s’est déclaré sur le réacteur n°4 aux alentours de 09h30 (heure locale) au niveau de la piscine d’entreposage du combustible usé ; l’état du combustible usé stocké dans cette piscine, potentiellement affecté par l’incendie, n’est pas déterminé.

    Le feu a été éteint vers 12h00 (heure locale) ; les autorités japonaises précisent cependant que des rejets radioactifs sont susceptibles d’être émis directement à l’atmosphère.

    Ce réacteur était à l’arrêt pour maintenance lors du séisme.

    I.3 – Point de la situation des réacteurs n°1 et 3

    La fusion partielle des cœurs de ces deux réacteurs est confirmée. Le refroidissement du réacteur par injection d’eau de mer se poursuit autant que possible. L’enceinte de confinement est restée intègre après les explosions survenues sur ces réacteurs.

    Les opérations de décompression volontaire de l’enceinte sont effectuées régulièrement, et peuvent conduire à des rejets radioactifs.

    I.4 Point de la situation sur les réacteurs n° 5 et 6

    Les réacteurs n°5 à 6 étaient à l’arrêt pour maintenance lors du séisme.

    La situation n’évolue pas sur ces réacteurs.

    II – Centrale nucléaire de Fukushima Daini

    Les quatre réacteurs se sont arrêtés automatiquement à la suite du séisme ; les alimentations électriques externes sont disponibles.

    L’exploitant a confirmé à 12h00 (heure locale) que les quatre réacteurs sont arrêtés de manière normale et leur refroidissement est maîtrisé.

    Les autorités japonaises ont décidé l’évacuation du public dans un rayon de 10 km. Les balises de mesure de la radioactivité autour du site n’ont pas relevé d’élévation de la radioactivité par rapport au niveau habituel.

    III – Centrale nucléaire de Onagawa

    Les trois réacteurs, exploités par Tohoku Electric Power, seraient sous contrôle selon les autorités japonaises, et leur situation n’a pas évoluée ces dernières heures.

    Le premier niveau de l’état d’urgence dans la centrale d’Onagawa a été déclaré à la suite des niveaux de radioactivité enregistrés. Les autorités japonaises ont confirmé que la détection de rejets radioactifs était liée aux rejets de la centrale de Fukushima Daiichi ; le niveau de radioactivité est redevenu normal.

    IV- Centrale nucléaire de Tokaï

    La centrale de Tokaï est composée de deux réacteurs ; le premier de ces réacteurs est à l’arrêt définitif depuis 1998.

    Réacteur n°2 :

    Le réacteur est à l’arrêt.

    A la suite du tsunami, un des moteurs des 2 pompes du réacteur s’est arrêté mais le système de secours a normalement pris le relais.

    L’exploitant Japan Atomic Power Company contrôle la situation, qui ne présente pas d’évolution particulière.